Rechercher
  • Laetitia Doat

A fond la forme... tout en douceur

Mis à jour : janv. 3

Non ici je ne vais pas te parler de sport... une autre fois.


Je vais te parler de "bonnes" résolutions. C'est la période, on est en janvier.


Un jour, mon compagnon m'a dit : "toi t'es bonne sur le fond, ton problème c'est la forme"...


Effectivement il n'avait pas tort ! En regardant mon quotidien je me suis rendue compte que, oui, la forme, chez moi, passait souvent au second plan.


D'abord, mon écriture est illisible. Tous mes anciens étudiants te le diront. J'écrivais des tartines de commentaires dans les marges des copies. Mes remarques avaient pour intention d'être fines et pertinentes, constructives... mais personne ne pouvait les lire. Dommage non?


Côté maison, j'avoue, je prends trop peu soin de ma garde robe. Celui qui utilise le plus la planche à repasser c'est mon compagnon, justement, pour ses chemises...


Et puis en société, je zappe souvent les convenances d'usage tellement j'ai à coeur d'aller à l'essentiel. Je ne te raconte pas mes déboires lors des vernissages, fêtes et et autres activités mondaines.


Oui ma difficulté, c'est bien la forme. J'aime tellement la profondeur, la substance, que j'en oublie le reste, toute ces petites choses de la vie qui sont pourtant tout aussi essentielles !


Et toi? Ca t'évoques quoi cet équilibre entre le fond et la forme? Ta balance personnelle, de ton côté, elle est comment?


Moi, quand je me suis rendue compte à quel point ma balance était déséquilibrée, j'ai pris le taureau par les cornes et décidé de miser à fond sur la forme...


Je suis donc passée au numérique (c'est pour cela que tu parviens à me lire en cet instant... si tu ne me crois pas, jette un coup d'oeil sur la photo en bas, c'est des notes de brouillon pour cet article ;))


J'ai fait la méthode Marie Kondo et sa magie du rangement. J'ai appris à rouler mes pulls et les classer par dégradé de couleur.


Je me suis formée à la Communication Non-violente et ai multiplié les voyages en Blablacar pour m'exercer à discuter avec des inconnus.



Sauf qu'une fois encore, j'y suis allée à fond... vraiment !


En mode geek devant mon ordinateur tout la journée,


mono-maniaque à la maison,


intégriste de la grille Faits/Bentiments/Besoins/Stratégie ( les 4 étapes de la Communication Non-Violente si jamais tu n'es pas initié).


Mon côté intense, passionné, est ressorti de plus belle et m'a à nouveau joué de sacrés tours. Je suis revenue en mode "bulldozer" (une autre expression qu'utilise mon compagnon pour décrire mes comportements... mais il a tellement raison!).


Bref tout le contraire de mon intention de départ... mettre mon attention sur la forme...


Tu vois l'écueil ?


Mettre son attention sur la forme c'est faire preuve de délicatesse, de subtilité, de mesure... et là je voyais bien que je faisais tout en force. M'est alors revenue à l'esprit une maxime qui m'est chère : "la force de la douceur"... (Non, ce n'est pas une phrase de la saga Star Wars mais une expression de la danseuse américaine Isadora Duncan, celle sur laquelle j'ai fait ma thèse si tu ne le sais pas déjà, car j'ai tendance à radoter...).


"La force de la douceur"... ça te parle?


Pour moi ça signifie s'en remettre au flux de la vie, arrêter d'être dans un rapport laborieux, agité, violent avec le monde... c'est s'adonner à quelque chose de plus puissant...oui une manière de lâcher prise sans rien lâcher... Sans rien lâcher, c'est important de rien lâcher.


J'adore cette phrase de Nietzsche : “La vie est instinct de croissance, de durée, d’accumulation de force, de puissance : là où la volonté de puissance fait défaut, il y a déclin”... (Nietzsche est un peu tout petit peu plus vieux qu'Isadora, dommage, ils auraient fait un beau couple...)


Pourquoi j'adore cette phrase? C'est que je la sens bien cette volonté de puissance qui me permettrait de soulever des montages, sauver la planète et guérir l'humanité !!! (Rien que ça...). C'est pas que des mots, desconcepts, je le sens dans ma chair, mes tripes.


Mais je sens aussi très bien le déclin quand je n'arrive plus à me connecter à cet élan vital... combien je me sens toute terne, rabougrie, toute bête.


Vouloir sortir de cet état de médiocrité, c'est plus que louable, mais si j'y vais en force j'ai vérifié, c'est sûr, je vais toujours droit dans le mur.


Car la puissance n'est pas la violence... à moi donc d'oeuvrer à cette subtile distinction, à chaque instant, tout les jours, à chaque action, chaque geste, chaque mot... tout en douceur...


Voilà. Je sais pas de ton côté, mais moi, y'a encore du boulot ;)

- Ah non mince on a dit pas de labeur !

- Si si, du labeur mais pas un labeur laborieux...

- ...pfff;)


Bref, c'est quoi, toi, tes "bonnes" résolutions 2020?

Et tu t'y prends comment?

Je suis curieuse. Ecris -moi;)













9 vues
 
  • Facebook
  • Instagram

©2018 by J'arrête de faire l'autruche - Tous droits réservés - Mentions légales